Ete 2018 : lectures “Page turner” sur la plage !

Nos

Coups de coeur

“Page turner” à emporter sur la plage…

Le labyrinthe des esprits

A tous ceux qui ont dévoré l’Ombre du vent, premier opus de la tétralogie du Cimetière des livres oubliés, voici le dernier tome de cette grande fresque qui rend hommage autant à Barcelone qu’à la littérature.

Et bonne nouvelle pour ceux qui n’ont pas lu les trois premiers livres, Le Labyrinthe des Esprits forme un ensemble à lui seul.

Espagne dans les années 1950 : lorsque M. Valls, ministre des affaires culturelles sous Franco disparait, une découverte étrange dans son bureau (un livre précieux et normalement censuré) va déclencher une longue série d’aventures, énigmes, mystères à tiroirs .

L’occasion pour C.R. Zafon de replonger ses lecteurs dans l’histoire sombre de la capitale catalane, de la guerre d’Espagne à la résistance anti-franquiste. Le tout sur presque 900 pages dans un style débordant et généreux. Michèle

Le labyrinthe des esprits, Carols Ruiz Zafon (traduit de l’espagnol par Marie Vila Casas), Actes Sud, 27 €

L’invitation

Dans ce roman dense, vous allez retrouver le thème de Plein Soleil , le très beau film de René Clément avec Alain Delon et Maurice Ronet, tiré du roman de Patricia Highsmith, Le Talentueux Mister Ripley.

L’histoire s’articule autour de l’emprise de Martin, d’un milieu moins que modeste, sur Ben, celui à qui tout réussi depuis la petite enfance – rejeton d’une grande famille anglaise, à quarante ans il est sur le point de devenir Député Conservateur.

Elizabeth Day démarre le roman par la fin: au fil des chapitres qui apportent chacun leurs lot de surprises, et creusent la psychologie des personnages, le puzzle se reconstitue avec habileté et laisse apparaitre une société anglaise corsetée par des classes sociales où le brassage n’existe pas.

Le titre original est The Party, référence à la grande soirée organisée par Ben pour ses 40ans, la fête où tout bascule, et au Parti Conservateur, qui symbolise ici le parti de l’ « Establishment » dont Martin sera toujours exclu.Michèle

L’invitation, Elizabeth Day (traduit de l’américain par Maxime Berrée), Belfond, 21 €

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *