Nos meilleurs polars et romans noirs du moment !

Aux amateurs du genre ? Pas seulement ! …  Le roman noir vous fera ici voyager, rire et réfléchir… A découvrir !

Assassins d’avant

Adèle a 30 ans. Elle va mal. Et pour cause :
Quand elle avait 5 ans sa mère, institutrice a été assassinée dans sa salle de classe au beau milieu d’un cours. C’est un enfant qui lui a (aurait ?) tiré dessus et qui s’est fait renverser ce même jour. L’affaire est close. Mais c’est sans compter sur la détermination d’Adèle à trouver la vérité.

Cette enquête, menée tambour battant, accompagne en réalité une quête d’identité et Adèle ira de surprise en surprise déterrant sans le vouloir des secrets de famille.
Elisa Vix a écrit un roman formidablement rythmé qu’on ne lâche pas, et aborde avec beaucoup de finesse des questions sociales qui nous taraudent……..A découvrir !

Assassins d’avant, Elisa Vix, Rouergue Noir

Tango Fantôme

Pour les amateurs du genre, que serait un hiver sans un très bon polar nordique ?….
Mais, prudence, le label scandinave n’est pas forcément gage de qualité. Disons le d’emblée, Tango Fantôme n’a pas volé son prix du meilleur roman policier suédois.

Au cours d’une enquête sur la mort de Charlie (suicide ou pas suicide), Hélène -la sœur de Charlie- va reconstruire l’histoire familiale qui croise l’histoire tout court. Charlie et Adèle ont été abandonnées par leur mère, qui s’est envolée vers l’ Argentine, pour défendre la cause révolutionnaire qu’elle estime moins étriquée que celle de la vie de famille.

Ce roman extraordinaire va vous faire voyager dans l’espace, entre Stockholm et Buenos Aires, et dans le temps –entre aujourd’hui et années 70. Vous y rencontrerez trois femmes – Charlie, Adèle, leur mère- et leurs compagnons à travers des portraits saisissants.

Tove Alsterdal est une grande auteure qui a su éviter tout manichéisme dans une histoire qui aurait pu facilement tomber dans les clichés.

Tango Fantôme, Tove Asterdal, Rouergue Noir

Hôtel du Grand Cerf

Franz Bartelt, poète, scénariste, Prix Goncourt de la nouvelle est un auteur à découvrir.

Dans ce roman, il mêle avec élégance humour noir et mélancolie.

Amateur de romans noirs (ou de bons romans tout court), ce détour littéraire par l’Hôtel du Grand Cerf ne vous décevra pas. Et comme l’ histoire se situe dans les Ardennes belges, vous aurez une pensée pour l’immense Simenon.

Hôtel du Grand Cerf , Franz Bartelt, Seuil Cadre Noir

L’accusé du Rossshire

L’Accusé du Rossshire (finaliste du prestigieux BookerPrize) va vous plonger au cœur d’un procès aux conséquences retentissantes. Nous sommes en Ecosse dans les années 1860, et c’est le début de l’entrée de la psychiatrie dans le monde de la justice : comme en France, à peu près à la même époque, les notions de responsabilité ou d’irresponsabilité commencent à être prises en considération par les avocats et magistrats.

C’est en effectuant des recherches généalogiques que l’écrivain écossais Graeme Macrae Burnet découvre qu’un de ses ancêtres Roderick Macrae a commis un triple meurtre dans son village. Comme Philippe Jaenada, Macrae Burnet va enquêter et se plonger dans les documents d’archives ; mais contrairement à Jaenada, et comme il l’explique dans la préface, il fait le choix de ne pas y mettre son grain de sel.

Macrae Burnet nous restitue des documents qu’il agence avec grande habileté : les témoignages de l’entourage, le journal que Roderick Macrae a écrit avant son procès pour aider son avocat à comprendre son geste, l’enquête et le rapport du psychiatre, les articles de journaux et surtout le déroulement du procès ….

Autant de pièces d’un puzzle extraordinaire où le lecteur en apprend beaucoup sur la société écossaise de l’époque et ne peut se résoudre à lâcher le livre sans connaître le verdict : Roderick sera-t-il ou non considéré comme responsable de ses actes et condamné à la pendaison ?

L’Accusé du Rossshire est un vrai « page turner »

L’Accusé du Rossshire, Graeme Macrae Burnet,  Sonatine

Bondrée

Andrée Michaud peu connue en France a reçu une palanquée de prix au Canada.
Son roman Bondrée nous plonge dans une forêt mystérieuse à la frontière des Etats-Unis et du Canada. Une jeune fille, un brin écervelée a été tuée….

Sur fond de légendes locales, et avec une écriture dense A. Michaud élabore un suspense haletant nimbé d’étrangeté.  Une très belle découverte, couronnée en 2017 par le prix des lecteurs au festival Quai du Polar de Lyon.

Andrée Michaud , Bondrée, Rivages Poche

La Daronne

Patience Portefeux (la Daronne) est traductrice (français-arabe) d’abord auprès des tribunaux, puis à la brigade des stups (chargée de décoder les mises sur écoute de trafiquants de substances illicites).
Veuve très jeune, elle tire le diable par la queue pour offrir la meilleure éducation possible à ses filles et payer la maison de retraite de sa mère qui perd la tête.
De fil en aiguille, elle va se trouver embarquée dans un trafic douteux -1 tonne de cannabis dans sa cave et des dealers à ses trousses.

Tout cela n’est évidemment pas très politiquement correct, mais Hannelore Cayre, avocate pénaliste, sait de quoi elle parle et s’inspire de faits véridiques.
C’est un polar très drôle, avec des dialogues croustillants à la Audiard et des personnages « limites », mais aussi très tendres.

L’écriture est si généreuse qu’on ne lâche pas le livre avant de savoir comment Patience Portefeux va se sortir de cet imbroglio.

Pour la petite histoire, la belle dame que vous voyez sur la couverture avec ses sacs Tati sur le parking de Parly2 la nuit, c’est Hannelore Cayre.

La Daronne, Hannelore Cayre, Métailié

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *