Médée Chérie

Yasmine Chami

Médée Chérie

Yasmine Chami

Dans un aéroport, tout se fige soudain pour Médée : son mari Ismaël l’y abandonne sans explication, comme une valise, filant à l’anglaise.

“Statufiée, Médée, son corps sait ce que sa pensée ne conçoit pas encore, elle est comme ces personnages arrêtés, piégés dans une matière plus lourde que le mouvement qu’ils tentent.”

Entourée de ses enfants, jeunes adultes, Médée remonte mentalement le fil de son histoire et de ses 30 années de vie commune avec Ismaël.

Son quotidien à lui, en tant que chirurgien, fut l’urgence vitale, l’éloignant souvent de la famille. Celui de Médée, artiste sculpteur reconnue, fut “l’urgence muette”, celle du modelage de ses créatures de marbre, interrompue par les impératifs familiaux.

Yasmine Chami ne nous fait pas le portrait d’une de ces femmes éplorées à qui le bonheur se refuse constamment. Médée est au contraire une épouse amoureuse, une mère aimante, une artiste accomplie et c’est à mon sens ce qui rend ce personnage si intéressant et bouleversant.

“Pourquoi la tendresse de Médée, son amour inquiet, sa vulnérabilité contenue n’ont-ils pas retenu Ismaël ?”

Ici, pas de révélation ou de secrets de famille à la clé, l’auteure nous fait entrer dans le vie de Médée comme dans un lac, avec un calme et une délicatesse infinis, son écriture stimule et éveille les sens comme au contact de la fraîcheur de l’eau.

D’Ismaël nous ne saurons au fond que peu de choses. Son désarroi à elle en revanche, son errance, son dénuement, ouvrent de grandes et belles questions : comment se raconte-t-on aussi sa propre histoire, aussi belle soit-elle à nos yeux, parfois sombre à d’autres regards ? Quelle place invisible ont pu prendre ses créatures de pierre à la maison ?

Dans ce roman aussi court qu’intense, Yasmine Chami aborde avec une subtilité rare une multiplicité de thèmes comme la maternité, la femme, la puissance de l’art, l’amour, le couple… pas de poncifs, la pensée est travaillée, l’écriture minutieuse et vibrante.

Ce livre continue de m’habiter, et j’ai le sentiment, en tant que libraire, que Yasmine Chami, avec ce troisième roman, est vraiment une grande auteur en devenir.

Médée chérie, Yasmine Chami, Actes Sud.

Autres recommandations adultes :

À l’occasion de la Journée des droits de la Femme !

Des classiques, des nouveautés, à lire ou redécouvrir, autour du thème des FEMMES ! Les femmes sont occupées Les femmes sont occupées de Samira El Ayachi aux éditions de l’Aube, est un roman, pamphlet, cri : celui d’une femme quittée, désormais seule pour élever son enfant (qu’elle nomme “Petit-Chose”). La voici mère célibataire, en prise

Lire plus »

Nos coups de cœur de la rentrée littéraire d’hiver

Des diables et des saints Joseph joue sur des pianos publics, dans les gares, depuis si longtemps. Il y joue Beethoven à merveille, enseigné par le vieux Rothenberg au visage de parchemin… Joseph aurait davantage sa place dans les salles de concert, c’est pourtant bien là, au carrefour des couloirs venteux et des flux de

Lire plus »

Devenir Jury du Prix Libraires en Seine 2021 !

La Suite fait partie de l’association Libraires en Seine, un collectif de 14 librairies de l’Ouest parisien. Chaque année, l’association lance son Prix Libraires en Seine qui récompense un auteur et son ouvrage paru en cours d’année. Pour cette 9e édition, vous lecteurs de la Suite avez l’occasion de devenir jury de ce Prix ! En quoi consiste le Jury du Prix

Lire plus »

Abonnez-vous à notre newsletter !

Dans un aéroport, tout se fige soudain pour Médée : son mari Ismaël l’y abandonne sans explication, comme une valise, filant à l’anglaise.

“Statufiée, Médée, son corps sait ce que sa pensée ne conçoit pas encore, elle est comme ces personnages arrêtés, piégés dans une matière plus lourde que le mouvement qu’ils tentent.”

Entourée de ses enfants, jeunes adultes, Médée remonte mentalement le fil de son histoire et de ses 30 années de vie commune avec Ismaël.

Son quotidien à lui, en tant que chirurgien, fut l’urgence vitale, l’éloignant souvent de la famille. Celui de Médée, artiste sculpteur reconnue, fut “l’urgence muette”, celle du modelage de ses créatures de marbre, interrompue par les impératifs familiaux.

Yasmine Chami ne nous fait pas le portrait d’une de ces femmes éplorées à qui le bonheur se refuse constamment. Médée est au contraire une épouse amoureuse, une mère aimante, une artiste accomplie et c’est à mon sens ce qui rend ce personnage si intéressant et bouleversant.

“Pourquoi la tendresse de Médée, son amour inquiet, sa vulnérabilité contenue n’ont-ils pas retenu Ismaël ?”

Ici, pas de révélation ou de secrets de famille à la clé, l’auteure nous fait entrer dans le vie de Médée comme dans un lac, avec un calme et une délicatesse infinis, son écriture stimule et éveille les sens comme au contact de la fraîcheur de l’eau.

D’Ismaël nous ne saurons au fond que peu de choses. Son désarroi à elle en revanche, son errance, son dénuement, ouvrent de grandes et belles questions : comment se raconte-t-on aussi sa propre histoire, aussi belle soit-elle à nos yeux, parfois sombre à d’autres regards ? Quelle place invisible ont pu prendre ses créatures de pierre à la maison ?

Dans ce roman aussi court qu’intense, Yasmine Chami aborde avec une subtilité rare une multiplicité de thèmes comme la maternité, la femme, la puissance de l’art, l’amour, le couple… pas de poncifs, la pensée est travaillée, l’écriture minutieuse et vibrante.

Ce livre continue de m’habiter, et j’ai le sentiment, en tant que libraire, que Yasmine Chami, avec ce troisième roman, est vraiment une grande auteur en devenir.

 

Médée chérie, Yasmine Chami, Actes Sud.

Retour haut de page